Loading...

Janet Werner, portraits de femmes

Inspirée par la culture populaire et la photographie du XXe et du XXIe siècle, Janet Werner propose une relecture de l’univers féminin contemporain par de grands portraits décalés et disjonctés, insérés dans des décors oniriques significatifs.

Née à Winnipeg, Janet Werner a participé à de nombreuses expositions au Canada et à l’étranger. Elle vit et enseigne aujourd’hui à Montréal ; et c’est là qu’elle crée ses oeuvres dont certaines se retrouvent entre autres dans des collections aussi prestigieuses que celles du Musée national des beaux-arts du Québec; de la galerie Leonard & Bina Ellen Art à Montréal, du Conseil des arts du Canada à Ottawa.

Enchevêtrant les genres, Janet Werner est passée au cours de sa carrière d’une démarche artistique axée sur l’abstraction à une approche plus narrative et représentative. Peintre de grand talent, elle tire son inspiration depuis une vingtaine d’années de la représentation des femmes dans la société en inventant des personnages – principalement féminins – post-impressionnistes plus grands que nature et plongés dans un vaste ailleurs anamorphique.

Au fil des ans, une multitude de sources ont alimenté la création de ses portraits : miniatures du XIXe siècle, poupées de porcelaine et, plus récemment, photographies significatives des XXe et XXIe siècles. Mannequins, pin-up symboles, vedettes de cinéma et autres icônes de la culture populaire : dans son studio, s’empilent des milliers d’images, tirées de magazines, qui animent son imaginaire et son discours artistique. En quelque sorte, la peintre décrypte le rendu photographique de cette fausse réalité et régurgite sur la toile des personnages gauches, disgracieux, voire déformés. Elle réinterprète de façon subversive et exacerbée la beauté artificielle valorisée par la société, questionne la définition contextuelle de l’identité féminine et participe par là même au réquisitoire féministe. Yeux alourdis de maquillage, regard vague ou agressif, attitude sexuée et nonchalante, morphologies et têtes déformées, les femmes selon Janet Werner s’inscrivent sans nul doute dans un cadre de référence anthropologique. Décomposées par le prisme psychologique de la peintre, revues et transformées par son coup de pinceau, son sens pictural, son usage des couleurs, les représentations sont reconnaissables tout en lui étant totalement spécifiques. En altérant l’expression, la gestuelle ou la pose, elle suggère l’intériorité, la fragilité mais surtout l’imperfection de chacun de ses sujets.

m11-art-janet-werner-huile-sur-toile-twins

Twins, 2012, huile sur toile

m11-art-janet-werner-huile-sur-toile-folding-woman

Folding Woman, 2009, huile sur toile

m11-art-janet-werner-huile-sur-toile-earthling

Earthling, 2012, huile sur toile

m11-art-janet-werner-huile-sur-toile-lucy

Janet Werner, Lucy, 2012, huile sur toile, Collection particulière

pub