Loading...

La clé des champs

CETTE MAISON DES CANTONS-DE-L’EST CACHAIT PLUS D’UNE VIE DERRIÈRE SES MURS. IL A FALLU QUE LE DESIGNER CARL LAPOINTE LES EXPOSE UNE À UNE POUR QUE LA PROPRIÉTÉ RÉVÈLE ENFIN SA NATURE LUMINEUSE.

Le designer a attendu patiemment dix ans avant de mettre la main sur cette perle rare afin de lui donner un nouveau souffle. C’est d’abord le pré, manucuré et parsemé de fleurs sauvages, qui l’a attiré. Puis son regard s’est posé sur l’ancienne maison de ferme de l’époque loyaliste. La belle avait eu plus de vies qu’un chat, et pourtant, elle n’avait rien perdu de sa dignité ni de son charme.

Heureusement, plusieurs éléments patrimoniaux de la maison avaient été préservés. Le nouveau propriétaire allait maintenant devoir la réinventer sans la trahir. « J’ai travaillé les espaces intérieurs avec une trame très simplifiée, jouant avec de hauts contrastes pour magnifier le côté très épuré de l’architecture », explique Carl Lapointe.

Des gestes lents et réfléchis ont été posés. Le rez-de-chaussée a été décloisonné et une grande baie vitrée ajoutée à l’arrière, vers le pré, pour faire place à la lumière. Les murs ont été peints d’un blanc soyeux et le parquet d’origine teint d’un noir opaque, puis huilé pour former une boîte monolithique – un écrin de sérénité – que ni les interrupteurs, ni les appareils de chauffage, ni la hauteur variable du plafond ne viennent troubler.

Le designer a su privilégier la sobriété et s’attarder à l’essentiel. Par exemple, conserver la table de réfectoire étroite – achetée à une congrégation religieuse parce qu’elle convient parfaitement aux dimensions réduites de la maison – mais se défaire de la cuisine pour implanter un modèle aux lignes contemporaines. « Ma pratique en design est très inspirée de l’Europe. Je voulais que certaines tendances soient intégrées dans cette propriété. » Ceci explique cela.

La cuisine, le coin déjeuner et la salle à manger, qui marient différentes époques, composent maintenant le coeur de la maison et en détiennent la clé. L’espace îlot avec comptoir en inox et panneaux de noyer blond, où famille et amis peuvent se rassembler, est déposé au centre de l’espace. Les rangements muraux laqués qui dissimulent les électroménagers servent de cloison tout en captant au passage les couleurs du paysage. Le plafond laisse paraître les poutres d’origine, sous lesquelles une série de rangements aux portes glacées cachent la vaisselle et les objets nécessaires aux repas. La table est ancienne, les chaises des années 1950 et la banquette contemporaine… Tout s’allie, tout s’harmonise pour ne servir qu’un seul maître : la lumière.

L’escalier au limon délicatement orné et les chambres à l’étage tiennent le même langage. Les lits étroits épousent l’espace, les draps anciens amoureusement collectionnés racontent une histoire, alors que la conception des volumes et le choix des teintes demeurent hautement modernes.

C’est toutefois la salle de bain avec ses petites lattes laquées, son lavabo qui imite les modèles classiques et sa robinetterie outrageusement minimaliste, qui résume le mieux la vision du designer Carl Lapointe : « Permettons-nous des libertés et inventons une époque. »

La clé des champs – e-mag

Henri Vezina