Loading...

Loft

DE MAIN DE MAÎTRE, LE DESIGNER ALEXANDRE LAFLEUR A TRANSFORMÉ UN PENTHOUSE CONÇU POUR LES RÉCEPTIONS EN RÉSIDENCE FONCTIONNELLE POUR UNE FAMILLE DE QUATRE. EN PRIME: UNE VUE HORS DU COMMUN.

La beauté du lieu provient-elle du fenêtrage exceptionnel ? Les fenêtres en forme de demi-lunes, à vitrage simple et de conception industrielle, confèrent en effet au loft une douce lumière éthérée. Ou repose-t-elle sur l’impressionnante collection d’oeuvres d’art qui rehausse les murs ? Il faut dire que toutes ces oeuvres d’artistes canadiens émergents pourraient rendre jaloux le plus perspicace des connaisseurs. La source de cette beauté est impossible à déterminer; le faut-il vraiment ? Mieux vaut tout simplement apprécier cette visite du plus récent projet d’Alexandre Lafleur : la conversion d’un loft-penthouse de 3500 pieds carrés situé dans un bâtiment industriel patrimonial du Vieux-Port de Montréal. Lafleur, designer autodidacte de 27 ans, se spécialise dans les condos de luxe et a déjà plusieurs projets d’envergure à son actif. Son approche minimaliste met l’accent sur les différences de textures et de tons des matériaux pour un résultat vraiment unique. « Je m’inspire toujours de l’espace. Dans un bâtiment comme celui-ci, il est essentiel de respecter le patrimoine industriel, de rehausser sans perturber ni compromettre son intégrité. Voilà ce qui me guide. »

« Tout tourne autour des oeuvres d’art », souligne Alexandre Lafleur. Une fois les toiles colorées de Patricia Morris, Patrick Pépin et Annie Labbé en place, Lafleur a entrepris sa propre création : un élégant chef-d’oeuvre de réorganisation spatiale. En mariant avec soin ses principaux matériaux – le noyer et le marbre – et en alternant harmonieusement différents finis naturels, il a subdivisé l’espace ouvert du loft pour le rendre plus pratique, chaque zone ayant désormais son point de mire.

Dans le hall d’entrée, les placards de noyer et les teintes foncées produisent un effet spectaculaire. Plus loin, une grande cuisine ouverte et un séjour magnifiquement éclairés. Matériau des armoires et des meubles, le noyer devient un fil conducteur, tandis que des touches de noir amenées par les électros, les portes en fer et l’extraordinaire foyer autonome – qu’on a réinstallé – deviennent des éléments de contraste saisissants. Le dosseret en marbre coupé « effet miroir » sur mesure, qui évoque les planches de Rorschach, est la pièce maîtresse de la cuisine et s’harmonise parfaitement au lustre Anaka qui trône au dessus de la table de noyer, faits eux aussi sur mesure.

On trouve le même marbre sur la surface du foyer et dans le bureau fermé par des portes françaises de 10 pieds en fer. La salle à manger, le salon double et le boudoir sont rehaussés de matières et de finis chaleureux et complémentaires : bois, cuir, peau de vache à motif de chevrons, coton et laine à poil long. La chambre principale est simple mais somptueuse avec sa literie personnalisée, son tapis de laine indienne et son lustre Bocci. La lumière du matin se reflète sur les armoires de verre de l’exceptionnelle salle de bain principale. La grande baignoire autoportante est le joyau de cette magnifique pièce attenante, parfaite pour deux avec sa mosaïque de verre et sa super douche à vapeur. Si parfaite qu’on voudrait y rester !

Décidément, cette ancienne usine continue de faire du bon travail pour cette famille, qui aura le bonheur de conjuguer au quotidien luxe et fonction. Et alors que les délicats rayons de soleil s’infiltrent par le puits de lumière de 20 pieds, je prends une pause pour savourer le plaisir de me trouver dans cet endroit de rêve.

alexandrelafleurdesign.com

Loft – e-mag

Kebecson