Loading...

Célébration

Maison Hennessy s’est offert une folie pour marquer ses 250 ans. À l’occasion de la passation des rênes du maître assembleur Yann Fillioux à son neveu Renaud Fillioux de Gironde, soit la 8ième génération, le mythique fabricant de cognac lance Hennessy-8 dans une bouteille en cristal de Baccarat, une édition limitée à 250 exemplaires. Chaque carafe, numérotée et signée par le designer Arik Levy, se vend 35 000 euros chacune ! Façonnée à la main par l’Atelier des Éditions Rares, la bouteille est constituée de huit anneaux – un hommage aux huit maîtres de chai – qui représentent 250 ans de savoir-faire. Ce cognac unique est justement un assemblage de huit eaux-de-vie, illustrant le travail de chacun de ces maîtres. L’histoire des Fillioux à la tête du Comité de dégustation remonte à 1802, quand James Hennessy a choisi le premier de la lignée. Le flacon est protégé par un coffre tout aussi spectaculaire, fait de 25 couches – représentant autant de décennies d’histoire – de douelles en chêne provenant de la tonnellerie de la Maison. Rappelons que cette marque prestigieuse fait partie du groupe français spécialisé dans l’industrie du luxe LVMH (Moët Hennessy – Louis Vuitton). C’est en avril à Los Angeles que Mixte a rencontré Yann Fillioux et Renaud Fillioux de Gironde pour leur poser quelques questions.

Pour vous, que symbolise le produit que vous créez depuis 250 ans : le cognac est-il la boisson du réconfort de l’âme ? Un délice des dieux à savourer lentement ? Une manifestation aboutie du savoir-faire humain ? Je dirais que c’est un peu des trois, évidemment. Tout dépend ensuite à quel niveau on se positionne. On est tantôt du côté émotion, production et création, et d’un autre côté, c’est la joie d’avoir dans ce terroir la manifestation du savoir-faire et de la maîtrise de ces personnes qui extraient le meilleur de la vigne.

Acquérir une bouteille de cognac pour 35 000 euros tient un peu de la folie : comment justifie-t-on un tel achat ? On produit près de 70 millions de bouteilles par an, alors que le H8 n’est distribué qu’à 250 unités. Il faut savoir que chacune de ces eaux-de-vie est exceptionnelle : elles sont les plus raffinées et les plus rares. C’est un véritable chef-d’oeuvre, ce qui rend ce cognac sans prix.

Doit-on en boire le contenu (et conserver la bouteille !) ou faut-il la léguer à ses propres descendants en guise d’exemple de pérennité ? Avec le temps que l’on a passé à préparer et sélectionner ces eaux-de-vie, quand on voit le temps passé à les créer avec l’équipe actuelle jumelée à celle des gens avant nous, quand on voit le temps passé pour arriver à ce niveau de qualité exceptionnel, il est maintenant temps de le découvrir et de le déguster en bonne compagnie.

Comment entrevoyez-vous les prochaines années ? Quel sera votre plus grand défi ? Nous sommes là pour préparer l’avenir pour les générations suivantes. Nous ne sommes que le petit maillon d’une longue chaîne visant à préserver la qualité et la pérennité de la marque. C’est une immense responsabilité de recevoir cet héritage, de le développer et de le transmettre. Vous avez choisi Arik Levy, un ami de la maison, pour dessiner votre bouteille. Pourquoi ? Notre maison est fondamentalement contemporaine et tournée vers l’avenir. Il était important de poursuivre notre parcours avec quelqu’un que l’on a appris à connaître et avec qui nous avons des affinités.

La maison Hennessy en trois mots ? Excellence, transmission et passion.

hennessy.com

Célébration – e-mag

Avec la collaboration de Manon Lemire

CIOT