Loading...

La distillerie Benriach aux sources du whisky

LE MONDE DU WHISKY N,EST PAS AUSSI VIEUX QUE CELUI DU VIN, CAR LES GRANDES DISTILLERIES N’ONT TOUT AU PLUS QUE DEUX SIÈCLES D’EXISTENCE.

À l’instar de l’industrie viticole, celle du whisky est également tributaire de leur situation géographique, de leurs méthodes rigoureuses d’élabo­ration, et d’un langage particulier en ce qui a trait à la robe, au nez ou au goût du produit fini. Pour le whisky, ce qui importe tient entre autres à ces éléments : de l’orge, une eau pure, de la tourbe pour chauffer les alambics, les tonneaux de chêne pour le vieillissement. Si les Canadiens produisent du rye et les Américains du bourbon, les Écossais font un whisky qu’on appelle scotch. Parmi les fabricants établis dans ce pays, il en est un qui connaît un renouveau : BenRiach (en gaélique, «la colline des cerfs rouges»), située dans la région de Speyside, dans le nord­est de l’Écosse, là où se trouve la majorité des distilleries, dont Glenlivet et Glenfiddich.

Fondée en 1898, la maison n’a pas eu le temps de donner sa pleine mesure, car elle a été victime du Crash de Pattison (un scandale financier), qui fit fermer celle­ci après deux ans d’exploitation. Elle rouvrira seulement en 1965 et passera entre plusieurs mains, dont Pernod Ricard, avant de redevenir indépendante en 2004 lors de son acquisition par Billy Walker, un vieux routier dans le domaine.

Depuis son redémarrage, BenRiach a enrichi sa gamme de six nouvelles variétés de Whisky Single Malt, (les quatre dernières vendues à la SAQ) : le Coeur des Speysides, le 12 ans d’âge, le 16 ans (99 $), le 20 ans (144 $), le Curiositas (un tourbé de plus de 10 ans vendu à 69 $) et l’Authenticus (un tourbé de plus de 21 ans à 168 $). Voici comment on analyse celui-ci.

Pour la couleur : un or riche. Au nez, une explosion d’odeur de tourbe et de fumée, en combinaison avec des soupçons de miel, de pommes et d’épices. Au goût : tourbe riche en parfaite harmonie avec du miel, du chocolat, des raisins et du bois de chêne, suivi par une cascade d’épices. C’est un retour aux origines du caractère des Speysides et à la saveur typique du malt du XIXe siècle.

Néanmoins, les nouveaux propriétaires ne veulent pas s’arrêter là. Leur vision n’est pas seulement de maintenir les grandes traditions de la distillerie mais de conquérir de nouveaux marchés avec des whiskys spéciaux, et des expressions intrigantes, associant à la fois les millésimes BenRiach avec des barriques plus jeunes. Le whisky, un monde à découvrir. Et avec BenRiach, à redécouvrir.


Laval Jaguar Range Rover