Loading...

L’authenticité Camus

La maison Camus occupe une place très particulière dans le monde des cognacs haut de gamme. Parmi la poignée de fabricants, elle est restée la seule de propriété familiale, depuis le début en 1863 ; ce qui fait de l’actuel président, Cyril Camus, un artisan de cinquième génération ! Car ici, il faut parler d’artisanat. Nous avons affaire à une famille d’origine vigneronne, un phénomène quasi unique dans ce milieu ; habituellement, ce sont des négociants faisant partie de grands groupes. Chez eux, on se promène dans plus de 175 hectares de vignes des Borderies, le plus petit cru de l’appellation, donc le plus recherché, mais dont «La grande marque» est la plus importante propriétaire : c’est la signature de la maison.

On fait preuve de patience lors du développement des produits et on travaille avec beaucoup de passion chez Camus. L’indépendance de l’entreprise est très importante, ce qui permet la liberté de faire de belles choses. Comme la décision astucieuse de créer un cognac appelé Île de Ré. Étant donné que ce petit coin de terre fait partie de l’appellation d’origine, il était donc possible d’y produire une eau-de-vie qui soit un véritable cognac. Camus est la seule à en exporter, ce qui démontre bien leur recherche de cognacs distinctifs. Autre rareté: elle crée des cognacs millésimés garantis. Ce sont des huissiers qui vont sceller les fûts ouverts lors des opérations courantes de fabrication afin d’en assurer l’authenticité ! Un processus légal répété aussi souvent que nécessaire. La traçabilité fait aussi partie des pratiques rigoureuses mises en oeuvre par ce fabricant. Sans oublier la façon d’utiliser les fûts de chêne : comme on connaît bien le raisin, on n’est pas obligé de «jouer» avec les bois pour rectifier le goût. Quand il le faut, on sait aussi tirer partie de cet outil dans l’élaboration du produit. Prenons le cas des fûts de l’Île de Ré, soumises à l’humidité de l’océan qui entoure les lieux d’entreposage : les embruns de la mer vont donner une saveur iodée à la boisson. Cet exemple illustre pourquoi Camus parle d’une «expérience accumulée» par des générations d’artisans. Savoir-faire que la maison est bien prête à partager lorsque l’on visite ses installations à Cognac, qui sont ouvertes au public de mai à septembre. Avec l’aide d’un maître assembleur, on peut créer soi-même son propre cognac !

Camus offre une gamme complète de produits qui saura satisfaire tous les palais. Et aussi les esthètes : par exemple, Borderies XO s’adresse plutôt à un public féminin avec sa bouteille aux allures de flacon de parfum; Extra de son côté, fait plus design, plus masculin. Le summum : Masterpiece Collection by Cyril Camus, des cuvées rares et limitées dans des bouteilles en cristal de Baccarat dessinées par le sculpteur français Serge Mansau. Tout cela, en attente du 150e anniversaire en 2013, qui sera l’occasion de nouvelles découvertes pour le consommateur, et de nouvelles émotions pour la famille Camus.

Photo: Andrew Thomas
Photo: le jardin digital

pub