Loading...

Plein soleil sur le cabriolet

Le cabriolet a bien failli mourir…victime de cet immense courant anti-automobile des années 70. Je me souviens trop bien qu’à l’époque, à peu près tout ce que l’amateur se voyait offrir pour rouler cheveux au vent était la Cadillac Eldorado décapotable. Ce type de carrosserie avait connu ses heures de gloire sur les voitures d’avant-guerre et quelques-uns des grands classiques de l’automobile étaient des modèles découverts.

Fort heureusement, les « convertibles » comme on les appelait erronément ont survécu et n’ont jamais été aussi nombreuses sur le marché. Il existe même deux types de voitures découvertes de nos jours; les cabriolets authentiques avec capote en toile ou en tissu, et les coupés cabriolets qui dissimulent dans leur coffre toute une série de panneaux et de moteurs. Le premier de cette famille fut le roadster Mercedes SLK introduit par la firme allemande en 1997 et dont la dernière génération s’amène chez les concessionnaires cet été. Il a par la suite été copié par bien d’autres constructeurs, à tel point que l’on trouve une bonne dizaine de ces modèles actuellement sur le marché (Infiniti G37, Lexus IS C, BMW série 3, Ferrari California, Mazda MX-5, Volkswagen Eos, Volvo C70, etc.). Avantage majeur : une meilleure insonorisation. Inconvénient : un coffre à bagages réduit.

Mais le vrai cabriolet demeure celui au toit souple que l’on peut souvent agencer selon la couleur de la voiture. Dans la récente Fiat 500c par exemple, trois couleurs de toit sont offertes : rouge, beige et noir. Parmi ses rivales, on peut citer la Volkswagen New Beetle, la Smart et, bien sûr, la Mini Cooper. En plus grand format, le choix est vaste depuis l’Audi A4 jusqu’à la Rolls-Royce Phantom en passant par la Boxster et les 911 de Porsche, la Ford Mustang, la Mercedes de Classe E, et bien d’autres.

Avantage majeur par rapport au toit dur : gain de poids substantiel. Inconvénient : châssis favorisant l’apparition de bruits de caisse. Là où l’été est éternel, on peut s’offrir aussi un spider sans toit comme la Porsche 550 que conduisait le légendaire James Dean.

Là dessus, je vous souhaite un bon été, plein de soleil et de randonnées campagnardes.


Photo : Ladislas Kadyszewski

La première décapotable à toit rigide escamotable de l’ère moderne fut cette Mercedes-Benz SLK qui se refait une beauté pour 2012.

La première décapotable à toit rigide escamotable de l’ère moderne fut cette Mercedes-Benz SLK qui se refait une beauté pour 2012.

La Mini a de nombreux adeptes chez les amateurs de cabriolet, amusante à conduire.

La Mini a de nombreux adeptes chez les amateurs de cabriolet, amusante à conduire.

Format réel et format réduit du spider Porsche 550 dans lequel James Dean trouva la mort il y a 55 ans.

Format réel et format réduit du spider Porsche 550 dans lequel James Dean trouva la mort il y a 55 ans.

Henri Vezina