Loading...

Montauk: Tout look, tout confort

POUR VISITER MONTAUK, IL FAUT ALLER SUR LA CÔTE EST AMÉRICAINE. OU ENTRER DANS UNE SALLE D’EXPOSITION DU FABRICANT DE MEUBLES REMBOURRÉS DU MÊME NOM À NEW YORK, TORONTO, CHICAGO, CALGARY, VANCOUVER, ET MONTRÉAL OÙ EST NÉ CETTE DYNAMIQUE ENTREPRISE

Tim Zyto, Polonais d’origine, avait un père qui possédait l’entreprise de rembourrage Biltmore Chesterfield. Celle–ci fait faillite en 1989 au moment où le Québec vit une grave crise économique. Le jeune Tim qui avait fait des études en sociologie à Concordia, suivait des cours de gestion à McGill lorsque son père est décédé. Il quitte l’université et décide de se lancer en affaires. Il s’associe alors avec un partenaire pour lancer la compagnie Biltmore sur le boulevard Saint-Laurent. Mais des divergences de vue amènent les deux hommes à se séparer et incite Tim à créer Montauk.

Nous sommes en 1995, lorsque le jeune entrepreneur de trente ans crée de toutes pièces une compagnie de meubles rembourrés. Il fait tandem avec le designer Danny Chartier qui devient, et reste encore aujourd’hui, son bras droit. Mais pour Tim Zyto, le travail est une affaire d’équipe, y compris le contremaître d’usine, les représentants qui font rouler les salles d’exposition et la trentaine d’ouvriers qui assurent la fabrication dans un local du quartier Saint-Henri à Montréal.

Au début, on offre un type de canapé qui est fort en vogue un peu partout aux États-Unis : une version inspirée des fameux chesterfields anglais avec leurs gros accoudoirs arrondis. Mais Tim Zyto veut faire quelque chose d’unique, de différent. Ses meubles doivent refléter la subtilité de ce que l’on voit dans les aménagements des demeures cossues de Montauk dans Long Island, près de New York. Il veut que l’on aime le siège pour son look d’abord, mais aussi pour son confort. Sur cet aspect, aucun compromis. Il affirme : «Plus de bois, plus de métal, plus de plume».

La structure des meubles de Montauk est faite en bois massif, la base tapissée de ressorts qui sont fixés par des cordes de lin en huit points (la norme la plus élevée en la matière), le tout recouvert de coussins en latex et en plume. Si la profondeur du canapé est toujours généreuse, les coussins viennent apporter un support et permettent une assise droite et confortable. À moins que l’on décide de s’approprier le siège selon l’humeur de notre posture…

Tous les meubles, ou presque, existent en version causeuse, canapé ou fauteuil. Ce dernier n’est pas forcément moins cher car il exige autant que les autres formats de matières premières et de temps d’assemblage. On peut aussi demander au fabricant d’apporter des modifications à un modèle choisi afin de le mettre à sa main. Mais l’opération s’avère délicate car on ne déconstruit pas un meuble sans qu’il en coûte, à tous points de vue. Les sièges sont vendus à un prix de base qui varie selon le tissu de recouvrement choisi. Montauk en offre 80, et l’acheteur peut même décider d’apporter son propre tissu.

Avec le temps, Tim Zyto dit qu’il a complété une sorte de boucle quant aux styles offerts. Le modèle fin de siècle dernier (attention, on parle de 1995) était plutôt conservateur avec une housse très souvent, ce qui a caractérisé Montauk. Puis on a affiné les lignes en créant des rondeurs et en rendant le produit plus contemporain. Aujourd’hui, on revient un peu à un mélange des deux approches. Lors de la conception des modèles, Tim et Danny échangent des idées, des opinions, des humeurs : les façons de voir différentes amènent une belle complémentarité et un résultat qui profite au consommateur. Tim avance que la conception les amène à avoir un pied dans le passé et un dans l’avenir. Belle façon de créer un meuble pérenne.

Le fabricant se distingue de ses concurrents par le fait qu’il se distribue lui-même via des salles d’exposition et un site Internet. Si les intrants du produit sont chers, qualité oblige, au moins le coût final n’est pas grevé par une série d’intermédiaires. On obtient donc au bout du compte un prix juste. La vente directe se fait aussi dans des conditions optimales : on peut tester les sièges en s’y assoyant et les voir avec d’autres meubles que Montauk importe ou fabrique, comme des tables basses faites à partir de bois anciens italiens.

L’entreprise Montauk a commencé à Montréal et essaime maintenant un peu partout au Canada (Toronto, Calgary, Vancouver) et aux États-Unis (New York et Chicago). Tim Zyto ne s’arrêtera sans doute pas là, car il y a toujours quelque part quelqu’un qui est preneur pour un produit de qualité. Surtout s’il nous promet le confort après une dure journée de labeur.

PHOTOS: PAUL-ANDRÉ LAROCQUE

Tim Zyto et Danny Chartier
Montauk Sofa
Montauk Sofa
Montauk Sofa
Montauk Sofa
Montauk Sofa
Montauk Sofa
Montauk Sofa
Montauk Sofa
Montauk Sofa
Montauk Sofa
Montauk Sofa
Montauk Sofa

pub