Loading...

Bâteaux de rêve

Qui ne rêve pas de naviguer à bord d’un superbe bateau au confort hors pair ? Les Italiens sont passés maîtres dans l’art de construire de telles embarcations; Riva en est un exemple typique.

L’Italie est une presqu’île baignée par la Méditerranée et l’Adriatique. Le pays a engendré des cités-nations dans son histoire, comme Venise et Gênes, qui ont connu un grand essor grâce à leur accès à la mer. Pas étonnant que les Italiens aient développé un savoir-faire en matière de construction navale. Paradoxalement, la société Riva a été fondée par Pietro Riva en 1842 sur les rives du lac d’Iseo, près du fameux lac de Côme, dans le nord du pays, au pied des Alpes. D’abord spécialiste de la réparation, la société passe à la fabrication de bateaux de transport, puis à celle de produits liés à la performance : dans les années 20 et 30, leurs yachts de course accumulent victoires et records. À compter des années 50, les affaires sont marquées du sceau de Carlo Riva et de son beau-frère Gino Gervasoni. Au fil du temps, des personnalités marquantes se sont portées acquéreurs de certains modèles : Brigitte Bardot, Elizabeth Taylor, Sofia Loren, Sean Connery, le shah d’Iran ou le roi de Jordanie ont donc alimenté la légende.

Après la vente à des intérêts étrangers, Riva est revenu dans le giron italien avec son rachat en 2000 par Ferretti Group; puis, ce dernier est passé aux mains du groupe chinois SHIG-Weichai tout en maintenant ses opérations en Italie. Fort de son nouvel actionnaire, Riva connaît une robuste relance : il construit aujourd’hui des bateaux d’une longueur de 27 à plus de 300 pieds, sur mesure seulement dans le dernier cas ! Élégance et luxe discret caractérisent ces embarcations, dont les cabines sont aménagées par des artisans italiens spécialisés depuis des décennies. Cette nouvelle ère, qui a débuté il y a une quinzaine d’années, s’est amorcée avec la collaboration d’Officina Italiana Design, sous la houlette de Mauro Micheli, gardien de l’esprit de la dynastie Riva.

Même si les bateaux portent des noms de modèles (Iseo, Aquariva, par exemple), on y fait plutôt référence en fonction de leur longueur, exprimée en pieds : 27, 33, 44 ou 52 pour les plus courants et les plus accessibles. Avec eux, on peut naviguer sur des lacs de grandes dimensions, sur des rivières ou sur le fleuve. Dans la région de Montréal, on peut voir un 33 à Lachine et un 44 (qui fait jaser) à Laval-sur-le-Lac; un modèle Gitano, de collection celui-là, est caché dans un garage, dorloté par son propriétaire. Dans les versions plus grandes, comme le Mythos 122, on peut trouver un spa sur le pont élevé (voir ci-contre), bien que la mode aujourd’hui soit plutôt à l’aménagement d’un espace lounge. Les revêtements de cuir sont aussi en vogue : ce matériau se marie bien à l’acajou – pas moins de 22 couches de laque ! Tout cela s’ajoute aux éléments standards du Riva, comme les logos ou autres garnitures faits sur mesure et exclusivement par des fournisseurs installés à proximité du chantier naval de Sarnico. Voilà pourquoi Riva est une référence depuis plus de 170 ans !

Bâteaux de rêve

Par: Pierre Deschênes

YUL