Loading...

Glenmorangie – L’or d’Écosse

LE PAYSAGE ÂPRE D’ÉCOSSE CACHE DANS UN DE SES VALLONS LE PLUS PRÉCIEUX DE SES TRÉSORS. DANS CE PAYS RECONNU ENTRE AUTRES POUR LA QUALITÉ DE SES WHISKIES, LA MAISON GLENMORANGIE A ACQUIS SES LETTRES DE NOBLESSE EN PRODUISANT UN ALCOOL COULEUR OR FIN, EMBLÉMATIQUE DE LA MARQUE. VISITE D’UN LIEU MYTHIQUE DEVENU TERRE DE LÉGENDE.

DE L’ORGE AU WHISKY

Il suffit de parcourir la route sinueuse entre Inverness et la distillerie de Glenmorangie pour saisir une part d’histoire du Nord-Est de l’Écosse, près de l’estuaire de Dornoch Firth. Déjà, lors de la conquête romaine, les mythiques tribus pictes qui peignaient leurs corps d’encres et de pigments cultivaient l’orge et occupaient les terres près de ces côtes des Highlands. On trouve plusieurs témoignages de leur présence dans le Ross-shire. Un des plus beaux exemples est la pierre de Cadboll, aujourd’hui au Musée national d’Écosse. Une réplique se dresse fièrement dans une clairière en bordure de la mer, sur des terres appartenant à Glenmorangie. C’est d’ailleurs un des motifs de ce monument en grès qui a servi d’inspiration pour le sceau de la distillerie.

Ce n’est qu’au 15e siècle, selon la légende, que l’« uisge beatha », fabriquée avec de l’orge cultivée localement, fait son apparition près du bourg royal de Tain. Des siècles ont passé, mais en fin de compte, le précieux liquide, encore produit grâce à des méthodes similaires, est devenu la richesse présidant à la renaissance de la région.

LA NAISSANCE D’UNE DISTILLERIE

En 1843, conquis par les eaux cristallines de la source Tarlogie et par la qualité de l’orge des terres fertiles près de la rivière Tain, William Matheson obtient un permis pour établir une distillerie près de la ferme Morangie. Inspiré par l’environnement bucolique et paisible ainsi que par la proximité de la ferme qui abrite une brasserie depuis 1734, il choisit de nommer son nouvel établissement Glenmorangie, ce qui signifie « vallon de la tranquillité » en gaélique.

L’eau qui se fraie un passage à travers les collines formées de calcaire et de grès devient l’ingrédient primordial dans la fabrication de son alcool. Chargée de minéraux, elle permet aux artisans de cette époque, les seize hommes de Tain, d’élaborer un whisky single malt aux saveurs complexes qui séduit par la clarté de sa robe couleur paille. Le whisky Glenmorangie devient un incontournable.

Aujourd’hui, équipée des plus grands alambics en cuivre d’Écosse, la distillerie demeure fière de cet héritage. Si la production s’est diversifiée et les méthodes raffinées avec le temps, l’entreprise compte toujours sur l’expertise de trente artisans qui veillent aussi bien au maltage et au brassage qu’à la fermentation et à la distillation, comme l’explique Brendan McCarron, responsable du vieillissement des stocks chez Glenmorangie. « Ces hommes et ces femmes de Tain sont toujours des personnes clés dans la fabrication de nos alcools. »

TOUT EST DANS LE FÛT

Chaque étape a son importance dans l’obtention d’un single malt de qualité. Toutefois, la mise en fût et le vieillissement donneront son véritable caractère à un whisky. Le Glenmorangie classique aux arômes de vanille repose dix ans dans des tonneaux de chêne blanc américain, alors que le Lasanta doit son tempérament corsé aux ex-fûts de bourbon et de xérès Pedro Ximinez et Oloroso.

Pride 1974 représente l’aboutissement d’années d’expérimentation et de recherche pour la distillerie. Produit d’exception limité à 503 bouteilles, ce whisky vieilli 41 ans parvient à équilibrer la puissance des parfums du xérès à la douceur du bourbon. Son nez évoque les anciens madères, les fins cognacs ainsi que le chocolat, le tout relevé par quelques notes surprenantes, à la fois mentholées et salines. La bouche ronde et charnue est légèrement épicée, alors que la finale longue se teinte de saveurs de caramel et de pain brioché. Si certains produits de prestige comme celui-ci s’adressent aux plus grands connaisseurs, la maison élabore aussi des alcools en mesure de plaire à ceux qui s’initient à la dégustation du whisky.

SUR LA ROUTE DU SCOTCH

Si vous caressez le rêve de plonger dans l’histoire des Highlands du Nord-Est de l’Écosse ou de visiter une distillerie au passé incomparable, empruntez la route qui mène à Glenmorangie. Là vous attend, au bout d’un sentier bordé de vieilles pierres, Glenmorangie House, une charmante maison de campagne datant du 17e siècle, réputée pour sa fine cuisine et ses dégustations de scotchs.

Durant votre séjour, vous serez en mesure d’observer la faune de l’estuaire marin de Dornoch Firth, cet espace préservé par la Marine Conservation Society en association avec Glenmorangie. Les férus d’histoire suivront la trace des Pictes, alors que les amateurs de l’époque médiévale pourront s’inspirer des pèlerinages du roi Jacques IV d’Écosse (1473-1513) et honorer la mémoire de Saint Duthac en parcourant les ruines d’un sanctuaire datant du 13e siècle. Enfin, les amateurs de whisky s’amuseront à visiter la distillerie Glenmorangie, où un guide leur fera découvrir les grandes étapes de fabrication… avant de leur offrir un dram (un verre) d’un des meilleurs scotchs.

Les Highlands sont à découvrir pour la beauté sauvage de leurs côtes ainsi que la richesse de leur histoire. Toutefois, si la dégustation de scotchs demeure votre plus grande passion et la raison ultime d’un voyage en Écosse, pourquoi ne pas suivre les conseils de Brendan McCarron ? Verre de whisky à la main, parcourez la passerelle qui mène de la Glenmorangie House à la mer, et savourez face au soleil couchant un peu d’or en bouteille.


glenmorangie.com
Glenmorangie – L’or d’Écosse – e-mag

pub