Loading...

Parfaite symbiose

Eye Am Soins occulaires
PHOTOS STEVE MONTPETIT

ÉRIGÉE AU SEIN D’UN TERRAIN PLANTÉ D’ARBRES MAJESTUEUX AU BORD DU LAC DES DEUX MONTAGNES, CETTE MAISON SE FOND EN TOUTE DISCRÉTION DANS LE PAYSAGE MALGRÉ SON IMPOSANT VOLUME.

Une longue allée bordée d’arbres immenses mène à la maison. De loin, on la distingue à peine. « Nous cherchions un grand terrain au bord de l’eau et souhaitions rester sur l’île de Montréal. Nous avions déjà habité dans l’ouest de l’île, et bien qu’ayant visité quelques autres emplacements, notre choix s’est porté sur Senneville en raison notamment de la facilité d’accès aux grands axes routiers. C’était pour nous le compromis parfait entre la ville et la campagne, et cela nous évitait l’acquisition d’une résidence secondaire, raconte la propriétaire. Nous avons établi avec l’architecte – outre la question d’un plain-pied – que nous souhaitions mettre en valeur la beauté naturelle du site, profiter de la plus grande luminosité possible et maximiser la vue sur le lac », poursuit-elle. Le lieu était occupé par une maison en mauvais état, pour laquelle il a fallu obtenir un permis de démolir, puis le droit de réaliser une construction très différente. « La démarche était de proposer un projet contemporain, mais respectueux du milieu et du patrimoine architectural environnant, qui est protégé », explique l’architecte Alexandre Blouin, de la firme Blouin Tardif Architectes. Aussi, les propriétaires voulaient une maison résolument moderne tout en étant intemporelle. L’architecte a répondu à leur demande en travaillant les volumes par blocs et en employant des matériaux nobles, dont la pierre calcaire et le cèdre blanc local, y compris pour le garage et la zone de stationnement. L’ensemble forme un tout équilibré, en parfaite harmonie. « La fenestration est abondante du côté du lac. À l’avant, le concept est plus cintré », explique l’architecte.

L’intérieur est organisé autour d’un large corridor central qui donne sur l’aire de vie principale. Celle-ci bénéficie d’une double hauteur de plafond dans le but de magnifier la vue sur l’eau. « Nous avons voulu que notre résidence soit hyper-fonctionnelle, moderne et chaleureuse à la fois », précise la maîtresse des lieux. Le plafond de bois apporte cette notion de chaleur en plus de créer un lien avec l’extérieur.

    Groupe Beauchamp

Dans l’espace cuisine-salle à manger-salon, de grandes dalles texturées au sol s’agencent avec la pierre calcaire extérieure et donnent un sentiment de continuité avec la terrasse. « Nous avons joué les contrastes en créant un pan de zinc sur tout le mur du fond de la cuisine. Il dissimule aussi les éléments fonctionnels. Le mobilier blanc du côté de la zone cuisson est plus ténu, moins mis en valeur, et une cuisine de service se trouve à l’arrière. À l’autre extrémité, on accède à la véranda et à l’espace repas extérieur », dit Alexandre Blouin. Une pluie d’étoiles éclaire l’îlot de pierre et la table de la salle à manger par le biais de multiples suspensions fuselées.

Le généreux canapé d’angle en bois et cuir du salon habite l’espace, de même que la table massive de la salle à manger. Une pièce de grande dimension nécessite la présence d’éléments imposants si l’on veut une atmosphère enveloppante, surtout dans cet environnement épuré où le verre alternant opacité et transparence domine. « Côté salon, la pierre calcaire rentre dans la maison en recouvrant le mur du foyer, dont l’autre versant donne dans la chambre principale. Cette zone est pensée comme une suite privée », souligne l’architecte. Dans la salle de bains, une première cloison de verre ferme partiellement la douche et l’autre isole légèrement l’espace de la chambre.

LA PISCINE À DÉBORDEMENT DONNE LE SENTIMENT D’AVANCER DANS LE PAYSAGE, ET LES ARBRES MATURES CIRCONSCRIVENT NATURELLEMENT L’ESPACE AUTOUR DU BASSIN. lA PLAGE DE BOIS ET DE PIERRE FAIT ÉCHO AUX MATÉRIAUX DE LA MAISON.

Baignée de lumière naturelle grâce au vitrage abondant, la façade côté lac fait corps avec l’extérieur. L’aire de vie estivale est protégée du soleil et des intempéries par une grande avancée dont le plafond de cèdre assoit l’espace, comme à l’intérieur. « Deux arbres conservés entre la piscine et la maison donnent toute la richesse à l’environnement », précise l’architecte. Le soir, l’éclairage artificiel sublime le domaine. « Nous nous sommes impliqués dans tous les détails, et à toutes les étapes du processus, nous avons proposé d’autres idées; nos architectes ont été très ouverts et respectueux. Ils ont su écouter, comprendre et respecter nos attentes. Il en fut de même avec le constructeur et les sous-contractants, avec qui nous avons travaillé de très près. Ce fut vraiment un travail d’équipe et de collaboration », conclut la propriétaire.


btae.ca et jean-houde.com

Parfaite symbiose – e-mag

Roche Bobois