Loading...

La marque Ebel a su conquérir…

La marque Ebel a su conquérir, en un siècle d’existence, tous les vrais collectionneurs de montres de luxe. Quand l’amour d’un couple donne naissance à l’une des plus belles fabriques d’horlogerie du monde, nous voulons en savoir plus.

C’est le 15 juillet 1911 qu’Eugène Blum et Alice Lévy, qui forment déjà un couple, deviennent des partenaires d’affaires dans une entreprise d’horlogerie suisse, scellant ainsi leur destin vers une nouvelle aventure. Les amoureux décident de nommer leur nouveau-né Ebel, reprenant ainsi les initiales d’Eugène Blum et Lévy. Eugène Blum est en charge de tout l’aspect technique et de la fabrication, tandis que sa femme s’occupe du côté esthétique et novateur des produits. La société s’installe à La Chaux-de-Fonds, alors capitale de l’horlogerie, dans une maison construite par le célèbre architecte suisse Le Corbusier. Leurs premières créations de montres-bracelets sont présentées en 1912, puis la montre-bague suit en 1914, très prisée à l’Exposition Nationale de Berne. La compagnie poursuit sur sa lancée et s’établit dès lors comme l’une des marques les plus en vue.

En 1929, Eugène introduit son fils au patrimoine familial, assurant ainsi la pérennité d’Ebel. Charles-Eugène Blum souhaite dynamiser la fabrique et ainsi en faire un incontournable du luxe de l’horlogerie suisse. En 1930, il innove avec la sortie des premières montres de voyage qui se remontent automatiquement. Puis il devient, pendant la Seconde Guerre mondiale, le fournisseur de l’armée britannique. La manufacture horlogère sera la première dans le monde à utiliser en 1935 le système «Western Electric», qui lui permettra de garantir la précision du mouvement de ses montres.

Pour s’implanter de manière définitive dans les hautes sphères du luxe international, Charles-Eugène fait appel en 1970 à son fils Pierre-Alain Blum. Ce dernier interrompt alors ses études aux États-Unis pour se joindre à l’entreprise. Un choix de mise puisqu’il sera à l’origine de la montée de la marque à l’international. Il concentre ses efforts sur quelques modèles de montres destinés au monde du sport de haut niveau, dont le «Sport Classic» en 1977. Il fascinera l’imaginaire des fanas de montres avec son célèbre bracelet ondulé en forme de vague. Ebel se voit même chargé de fabriquer des montres pour Cartier. Le règne de Pierre-Alain prend fin en 1996. En 1999, la marque familiale est achetée par le groupe Louis Vuitton Moët Hennessy (LVMH). On voit alors une enfilade de superstars et de mannequins célèbres arborer la griffe, telles Claudia Schiffer, Nicole Kidman et Uma Thurman, entre autres. En 2004, Ebel passe aux mains du groupe Movado et se refait une beauté.

En 2011, Ebel fêtait son premier siècle d’existence. Pour répandre ses valeurs et imprégner son image de luxe, la société a choisi de se lier au monde du sport en devenant partenaire d’évènements de renommée internationale, une vitrine de choix. Les Architectes du Temps, surnom d’Ebel, ont d’ores et déjà montré qu’ils seraient également présents au XXIe siècle.

Qui est Ebel aujourd’hui ? Karen Bradbury, la présidente en Amérique du Nord, sait qu’elle doit susciter l’intérêt des consommateurs. «De nouveaux paramètres définissent désormais l’horlogerie et ses acteurs; ils requièrent un positionnement identitaire affûté. Avec l’arrivée de ses deux dernières collections, la gamme Ebel X-1 et la classique série Onde, la marque s’installe définitivement dans la cour des grands.» Utilisant l’approche classique réinventée comme le sertissage de diamants, dynamisé sur des montures en or rose avec des cadrans en nacre de perles, Ebel redéfinit les standards de sa signature et s’assure une place de choix parmi les innovateurs de l’horlogerie. «Nous sommes fiers de notre héritage Blum-Lévy. Toutes nos créations respectent d’ailleurs la vision et la passion qu’avait ce couple pour la marque.» Cela en fait certainement une montre dont on ne veut plus se séparer !

”Nous sommes fiers de notre héritage Blum-Lévy. toutes nos créations respectent d’ailleurs la vision et la passion qu’avait ce couple pour la marque.”

ebel, ebel.com

Par: Michèle Coulombe


Hotel Quintessence