Loading...

Lorne Bassel, modèle de Dichotomie

Lorne Bassel est un oiseau rare. Un homme d’affaires… zen. Un Montréalais… tourné vers le monde. Un promoteur immobilier… axé sur le bonheur des gens. Car pour lui, tout est question d’équilibre.

Né dans une famille influencée au quotidien tant par l’immobilier que la curiosité intellectuelle, on peut dire qu’il apprit très tôt à conjuguer affaires et émotions. Papa Bassel oeuvrait dans le monde des immeubles tandis que maman Bassel prônait la culture et se faisait le porte-parole de causes importantes. Ajoutez à cela une enfance entourée de quatre soeurs brillantes dont il demeure le chouchou. Pas étonnant que Lorne Bassel accorde autant d’importance aux émotions de ses clients.

Une affaire de conception
Après un diplôme spécialisé en direction des affaires (HBA) de l’Université Western Ontario, puis un MBA de la Richard Ivey School of Business, il se retrouve chez First Quebec Corporation à Montréal. Il y apprend que les édifices peuvent être autre chose qu’un amas de pierres et qu’on n’a pas besoin d’être gros pour faire de grandes choses. Ainsi c’est en travaillant au développement de la Maison des Coopérants qu’il a appris qu’un parterre de tulipes créaient de meilleurs liens entre les gens que bien des architectures « songées ». Il se dit inspiré par l’architecture européenne traditionnelle qui fait la part belle aux rez-de-chaussée; ces lieux qui accueillent les gens, sont le passage entre la vie privée et la vie publique, et reflètent les allers et venus de la population. On a pas le même point de vue d’un rez-de-chaussée que d’un 14e étage! Il évoque aussi avec admiration l’urbanisme européen qui prescrit la création de places publiques autour desquelles la vie communautaire s’articule.

Une carrière semée d’immeubles
En 1993, il devient l’un des piliers de l’équipe Intrawest, qui se compose alors de 5 personnes. « À cette époque, on était jeunes, innovateurs, naïfs et fonceurs. Tremblant est né de la passion de gens qui ont su tirer partie de ce qu’il y avait déjà… C’est fascinant de voir les gens s’amuser dans ces endroits comme s’ils avaient toujours existés.»

Lorne Bassel compare les projets immobiliers à des individus : on les conçoit sans savoir de quoi ils auront l’air plus vieux; ils ont une période rebelle, comme les adolescents, et requièrent alors règles et structure ; ils ont généralement une vie adulte riche et sereine; et souvent des crises existentielles lorsque qu’ils sont plus vieux. Chez Intrawest, il sera responsable de la création d’une vingtaine de stations de vacances tant en Amérique du nord qu’en Europe. En 2007, Lorne Bassel participe à la vente d’Intrawest, une transaction de plusieurs milliards. Cette étape l’amène de plain-pied dans le monde de la finance et lui permet de fonder à Montréal le groupe Crave. Avec quelques complices, il a créé un partenariat d’affaires impliqué dans une variété de projets; aussi bien la réalisation de nouveaux développements que le repositionnement de constructions existantes, qu’il s’agisse de centres de villégiature ou encore de projets en milieu urbain. Mais surtout, ce groupe promouvoit une approche exceptionnelle voulant que le client et l’acheteur soient au coeur de chacune des décisions de la planification: des « lieux de gens » comme ils les appellent! Lorne Bassel carbure à l’émotion et accorde autant d’importance à celles que ressentent les gens dans un des complexes qu’il a développé ou dans un des « resorts » dont il a le secret. Son expérience, doublée de sa vision humaniste, en font un des experts mondiaux dans la création des domaines de villégiatures et il pilote des projets d’envergure aux Bahamas, en Californie, au Colorado, au Vermont et en Colombie-britannique. S’éloignant de la rentabilité à tout prix, ce chef de file, penseur stratégique et créateur de projets fascinants et mémorables prône le bonheur et la prise en considération du comportement humain… ce qui fait véritablement de lui un personnage unique dans son domaine et qui l’amènera sans doute d’ici peu sur la voie du mentorat.

Passion famille
Passionné par son travail, Lorne Bassel ? Sans l’ombre d’un doute. Mais il n’a rien de l’homme d’affaires surmené et toujours à la course… Car ce qu’il prêche sur la place publique, il l’applique aussi dans sa vie privée. Lorne avoue que sa qualité de vie et sa famille sont ses priorités et qu’il préfère les plaisirs simples. Il n’est jamais plus à l’aise qu’à sa maison de campagne dans les Laurentides. Et pour maintenir son niveau de zénitude, il pratique le yoga tous les jours, Mais son plus grand plaisir est de faire chaque jour une promenade à pied en compagnie de sa femme, Danielle, et de ses deux fils. Il s’efforce aussi en tout temps de rester en contact avec la nature et la « vraie vie »; il fait du ski, de la randonnée, de la raquette, et effectue la plupart de ses déplacements quotidiens à pied. Par ailleurs, Il se fait un devoir de s’engager auprès de la communauté juive et de soutenir les gens qui l’entourent. D’où son double intérêt pour le mentorat. Pas de doute, Maman Bassel a de quoi être fière de son rejeton !

lorne-bassel

«C’est fascinant de voir les gens s’amuser dans ces endroits comme s’ils avaient toujours existés.»lorne-bassel

lorne-bassel

Henri Vezina