Loading...

Perfectionnisme

OEuvrer dans le domaine du commerce au détail est laborieux. Tenter d’écouler des vêtements est encore plus hasardeux. Réussir à en vendre aux hommes détestant magasiner est glorieux. Ce que réussit Henri Vézina depuis 50 ans !

Henri Vézina, père de trois enfants, se retrouve au chômage lorsque son patron, le financier Jean-Louis Lévesque, ferme en 1962 ses magasins Fashion Craft de Montréal. Désemparé, il emménage dans un petit local de 800 pi2 à même un immeuble quatre fois plus grand que son frère vient de construire à Laval pour y installer une boucherie. Il fait donc comme plusieurs Italiens d’alors et opère un atelier de tailleur, où il réussit à récupérer une partie de la prestigieuse clientèle qu’il servait en ville. Son fils Gilles entre en scène en 1975. En congé sabbatique après une année de droit, il tente de trouver un moyen de se démarquer de ses concurrents. Il va en Europe dans un salon de mode masculine et en revient avec douze chandails ! Son père est dubitatif, mais en un mois les chics chandails trouvent preneurs ; six mois plus tard Gilles récidive : c’est parti. Aujourd’hui, le magasin regorge d’importations de marques prestigieuses : Canali, Hugo Boss, Eton, Just Cavalli, Dolce & Gabbana… Seize en tout. Mais on ne se contente pas de vendre des griffes, on offre un service personnalisé. On prend en note les goûts des clients pour les aider dans leurs achats futurs, on prodigue desconseils sur mesure, on a deux tailleurs sur place, on fait la livraison au bureau, on met un stationnement gratuit à la disposition des acheteurs, on propose un site Internet à saveur pédagogique, on vend des vêtements sport, des jeans, des smokings… On est constant, perfectionniste, depuis 50 ans. Le message ne change pas : même l’agence de publicité collabore depuis plus de 20 ans et remporte des prix. Il semble que Gilles Vézina ait bien assimilé ses cours du soir en marketing. Au point que la publicité et le bouche-à-oreille en ont fait une référence en matière de mode masculine. Au moins la moitié des vingt principaux hommes d’affaires du Québec Inc., s’habillent chez Henri Vézina; et ils apprécient magasiner dans cet espace de 7500 pi2, la seule adresse au Canada à abriter une boutique autonome Hugo Boss. Preuve du sérieux de notre commerçant, qui ne s’arrêtera pas sur une aussi bonne lancée. En septembre, il introduit une collection de Giorgio Armani qu’il estime pouvoir convenir à ses clients. Mais pas tous. Car Gilles Vézina et ses sept conseillers aux ventes veillent au grain : cela dépendra des besoins de l’acheteur…

Henri Vézina, 1825 boul. Daniel-Johnson, Laval (450) 686 6800, henrivezina.com

Henri Vézina

Ogilvy