Loading...

Le camp de base de l’Everest en famille

La famille Hébert carbure aux rêves depuis plusieurs générations. Une particularité héréditaire qui lui permet de combiner projets professionnels et personnels. C’est ainsi que les membres du noyau familial se sont retrouvés au camp de base de l’Everest…

Norman E. Hébert Jr, président et chef de la direction de Groupe Park Avenue inc., a marché dans les pas de son père en prenant les rênes de l’entreprise familiale. M. Norman D. Hébert Sr était un visionnaire pour son époque. « C’était un entrepreneur-né, issu d’une famille très modeste, qui croyait en ses rêves. » En 1959, il rachète le concessionnaire Park Avenue Chevrolet. Cinq années plus tard, il crée Location Park Avenue. En 55 ans, Groupe Park Avenue a connu une croissance exponentielle et la famille en est à sa troisième génération dans l’entreprise.

À l’occasion de son 55e anniversaire, Norman E. Hébert Jr soumet à son épouse et ses enfants un projet peu commun, qui fait partie de sa liste de choses à réaliser une fois dans sa vie : se rendre au camp de base de l’Everest, à l’instar de son ami l’explorateur Bernard Voyer. « Il nous a guidés dans la préparation et nous a permis d’avoir son Sherpa, Dorje, qui avait fait le sommet à six reprises. » Après avoir suivi l’entraînementpréalable à ce type d’expérience, voici que les membres du groupe des cinq (sa femme, son fils, sa fille et le fiancé de celle-ci) arrivent en octobre 2011 à Katmandou, où ils prennent un petit avion pour l’aéroport de Lukla, le plus fréquenté du Népal, reconnu comme le plus dangereux du monde ! « Dans l’équipe de sherpas qui allait nous accompagner, il y avait aussi Nima, le fils de Dorje, qui est venu avec nous jusqu’au camp de base pour voir ce que son père faisait comme métier. » Il faudra 10 jours pour faire la vingtaine de kilomètres aller-retour, car à deux reprises, le groupe devra rester deux nuits au même niveau afin de s’acclimater à l’altitude. Les membres de la famille devront de plus compter sur la médecine allopathique – soit la prise d’un médicament pour éclaircir le sang –, de même que sur la médecine locale avec un bol de soupe à l’ail deux fois par jour. « On ne demeurait pas dans des tentes, mais dans des maisons de thé, en somme des auberges rustiques. Les gens étaient vraiment chaleureux. »

Arrivé au camp de base, à 5 400 mètres d’altitude, ce passionné d’alpinisme — « J’ai lu tous les livres sur l’Everest ! » — réalise son rêve de contempler le toit du monde. « En montagne, c’est le silence total », décrit-il. La cerise sur le gâteau, c’est qu’il partage ce bonheur avec les siens. Lorsqu’on lui demande s’il y a une similitude entre cette expérience et la direction d’une entreprise, il acquiesce. « La première chose, c’est d’avoir une vision, un objectif sur lequel on peut se concentrer et travailler, un rêve que l’on peut nourrir. Mais il faut aussi que l’entreprise soit saine, dynamique et bien équipée. Comme pour cette marche ! »

Avant de repartir, fidèle à une tradition philantropique propre à l’entreprise familiale, Norman E. Hébert Jr et ses proches se sont rendus dans le village de Bhaktapur afin de visiter un jeune qu’ils parraineront avec Vision Mondiale. Ils ont par ailleurs gardé contact avec Nima : « Il devrait venir étudier à Montréal d’ici deux ans. »

Depuis ce voyage hors des sentiers battus, Norman John Hébert a intégré l’entreprise familiale, incarnant la troisième génération dans l’histoire de Groupe Park Avenue. L’année prochaine, pour les 60 ans de son père, la destination est déjà décidée. Ce sera le Nord de l’Inde. Décidément, les projets fédérateurs sont leur marque de commerce !

Le camp de base de l’Everest en famille – e-mag

Avenue Design