Loading...

Podborski, St-Louis, Brassard, un trio solide.

Le président du Comité olympique canadien (COC), Marcel Aubut, n’a jamais eu peur des rêves de grandeur. Il l’a prouvé comme propriétaire des Nordiques de Québec en organisant l’évasion du bloc communiste des trois frères Stastny, en 1980, pour les attirer dans la Ligue nationale de hockey.

Cette fois, à l’approche des Jeux olympiques de Sotchi (du 7 au 23 février 2014), le grand patron du COC soutient que «le Canada peut devenir la plus grande nation olympique au monde». Et pour arriver à ses fins, il a réuni «les Canadiens les plus qualifiés pour guider et soutenir nos athlètes et nos entraîneurs». L’ancien skieur des Crazy Canucks Steve Podborski sera donc chef de mission, appuyé par les adjoints France St-Louis et Jean-Luc Brassard. Les deux Québécois sont fébriles.

«Je regarde ce qui s’est passé à Vancouver en 2010, explique la médaillée d’argent de 1998 en hockey féminin, où nous avons terminé au troisième rang avec 26 médailles, derrière les États-Unis (37) et l’Allemagne (30). C’est donc réaliste de terminer premier. Me Aubut est allé chercher 100 millions de dollars pour notre programme olympique, ce qui est phénoménal. Alors, c’est normal que la barre soit haute.»

Jean-Luc Brassard, le charismatique médaillé d’or en ski acrobatique de Lillehammer en 1994, est lui aussi emballé d’agir comme chef de mission adjoint et de constater les objectifs de son grand patron. «Je suis allé à Sotchi. J’ai trouvé fantastique de voir les coulisses des préparatifs et tout le travail que réalise le personnel du Canada. Écoutez, on envoie 14 conteneurs de matériel aux Jeux olympiques. On ne laisse rien au hasard, on pense même aux oreillers pour éviter une mauvaise nuit de sommeil qui pourrait faire la différence entre un podium ou une quatrième place… On a rarement plus d’une chance de vivre des Jeux olympiques, alors il faut que ça marche. Les Jeux, ce n’est pas une compétition comme une autre, c’est le Super Bowl des athlètes. Notre rôle sera d’aider nos jeunes dans leur préparation et les moments avant d’entrer en scène, où ils devront faire abstraction de la surpression.»

France St-Louis ajoute : «Une blessure mineure qui suscite un léger inconfort peut entraîner un doute ou être perçue comme une catastrophe. Steve, Jean-Luc et moi devons être là pour partager notre vécu, écouter, apaiser ou crinquer. Et être prêt à tout. À Vancouver, la chef de mission Nathalie Lambert et ses adjoints ont accompli une besogne exceptionnelle quand Joannie Rochette a perdu sa mère. Ils ont réconforté sa partenaire de chambre, ses coéquipières et toute la délégation, ont pris en charge 1001 détails, etc.»

Podborski et Brassard proviennent de sports individuels tandis que St-Louis est issue d’un sport collectif. L’ancien skieur alpin valide ainsi son choix, qui s’est porté sur les deux Québécois : «Ils sont des leaders, des modèles inspirants et d’habiles communicateurs dans les deux langues». «On constitue un bon premier trio», promet St-Louis. «On fera honneur au slogan du COC», conclut Brassard. Le leitmotiv est : «Tout donner.»

Go Canada Go !

Photos: Marcia Seebaran
Par: Yvan Martineau

Hotel Quintessence