Loading...

Polo, Un sport unique en son genre

«Au golf, la balle est là, immobile, et vous n’avez qu’à vous élancer. Mais au polo, vous êtes en mouvement, vous filez sur une bête à 30km/h au moment de frapper, et des adversaires surgissent de partout. C’est pourquoi je suis passionné: c’est un sport réellement unique.» —Don Penny cook,propriétaire du Club Polo Nacional

Après avoir fait carrière dans le milieu de la mode en dirigeant notamment les destinées de Ralph Lauren et Calvin Klein au Canada, l’Albertain d’origine Don Pennycook a été séduit par le polo. « Le coup de foudre fut immédiat. Je me suis mis à voyager partout dans le monde pour prendre des cours, me perfectionner, obtenir des certifications d’entraîneur », explique celui qui occupe la présidence de Polo Canada. « Aujourd’hui, j’ai 105 chevaux à ma résidence et nous disputons des matchs trois fois par semaine, en plus des tournois. » Son domaine hippique situé à Sainte-Marthe, près d’Hudson et de Saint-Lazare, dans la région de Vaudreuil-Soulanges, s’avère idéal pour la pratique de ce loisir.

« Au hockey, au baseball, au football, vous posez des gestes et avez le contrôle de vos actions, poursuit Pennycook. Au polo, vous devez travailler de concert avec un autre être vivant. Votre esprit doit être en parfaite harmonie avec celui de la bête. C’est une activité comme nulle autre. Lorsque des personnes s’initient, même en ayant pratiqué plusieurs sports toute leur vie, elles sont étonnées par le niveau de coordination et de souplesse requis. Il faut avoir le sens du timing pour monter des chevaux, atteindre de grandes vitesses, aller à gauche, à droite, tourner vivement et s’élancer pour frapper la balle. » À ceux dont la patience n’est pas une vertu, Pennycook précise qu’il faut des années sur la selle pour devenir un joueur efficace. « Et ce ne sont pas tous les chevaux qui se prêtent à cette spécialité. Il y a beaucoup de contacts et bien des bêtes sont intimidées par l’aspect physique. »

Un total de 73 chevaux sur les 105 que possède le Montérégien, arrivé au Québec en 1969, sont entraînés dans ce but précis. Les parties ont lieu les mercredis, samedis et dimanches sur trois aires de jeu. C’est en Argentine que l’activité est la plus populaire, suivie de l’Angleterre, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis. « Je suis privilégié, parce que je me suis marié tardivement et que ma femme Carol, adore aussi le polo. » Don Pennycook organise chaque année un tournoi de bienfaisance au profit de l’Institut de cardiologie de Montréal; c’est une somme de 100 000 $ qui est alors amassée. Sa passion constitue une belle occasion de contribuer au mieux-être de la collectivité, tout en offrant une belle vitrine à ce sport qui gagne à être connu.

polocanada.ca

Polo, Un sport unique en son genre – e-mag

photos: redbox media

Groupe Beauchamp