Loading...

Pour créer des souvenirs 

LORS DES SIX JOURS CYCLISTES DE ZURICH, EN 1956, UN COUREUR SE CASSA QUATRE DENTS. UNE CHUTE, UN ACCIDENT ? PAS DU TOUT. QUATRE DENTS CASSÉES EN DÉMARRANT BRUTALEMENT. LA RAGE DE VAINCRE. VOICI L’HISTOIRE DE MONTRÉALAIS QUI ONT ENCORE TOUTES LEURS DENTS, MAIS QUI SONT AUSSI ANIMÉS D’UNE RAGE : ASSOUVIR LEUR PASSION DU VÉLO.

Ne cherchez pas les noms de Normand Chartrand, François Duchesne, Simon Gauthier et Pierre Wilkie sur la liste des inscrits aux Mardis Cyclistes de Lachine ou dans celle des meilleurs espoirs canadiens en vue des Jeux Olympiques. On parle ici de quadragénaires (François 48, Simon 49, Pierre 50 et Normand 51), professionnels et gens d’affaires qui se sont connus dans un cours de cardiovélo et qui partagent le même dada, des activités cyclosportives épicées.

Plus les dénivelés sont dangereux, plus nos cyclistes sont excités. Tout a commencé par L’Étape du Tour, cette épreuve offerte à 8 500 amateurs par le Tour de France. Nos valeureux qui en seront à leur cinquième voyage d’aventure à l’été 2011 ont, depuis L’Étape, pris part à la Death Ride, en Californie, et sont aussi devenus membres du sélect Club des Cinglés du Mont-Ventoux. Cette terrible montagne qui effraie tant les coureurs du Tour de France, ils l’ont gravie trois fois… dans la même journée.

Ils ont aussi vibré à l’Otztaler Marathon, en Autriche. En mai dernier, ils étaient sur la ligne de départ du premier Gran Fondo de New York. Une mise en jambes pour leur prochain défi : Monte Grappa, 170 km et 4 500 mètres de dénivelé (en montée seulement), puis le lendemain, Lapinarello, 205 km et 3 000 mètres d’ascension. En deux jours ils auront presque grimpé l’équivalent du mont Everest !

Leur plus belle réussite ? Ils ont fait des adeptes : «C’est notre enthousiasme qui les attire. On a tellement d’éclairs dans les yeux», explique Normand. De quatre au départ, ils sont maintenant 10, parfois 12. Pas prétentieux, ce n’est point de stratégie ou d’exploits personnels qu’ils bavardent avec leur entourage.

Ils ne se contentent pas d’admirer des paysages fabuleux, mais d’escalader et de dévaler ces montagnes. Derrière le plaisir exprimé par notre quatuor, il ne faut pas oublier que chacun d’eux s’est fixé de grands défis. «Je ne suis pas quelqu’un de particulièrement discipliné de nature, confesse Pierre. Ces événements et la solide amitié que nous avons développée me forcent à me préparer, à respecter mes horaires d’entraînement». Simon abonde dans le même sens, mais ajoute: «Pas toujours facile d’être rigoureux quand on aime le bon vin et le fromage … ! ». «Ceux qui pensent qu’on s’en va se jeter dans la gueule du loup et ne rien sentir d’autre que la souffrance doivent savoir que ça libère l’esprit, que ça permet au corps et à la tête de tenir la route dans tous les aspects de notre vie», conclut François.

Prochain défi : les Dolomites, une chaîne de montagnes au caractère unique, spectaculaire, magnifique. Ils ont déjà faim. Une faim physique. Une envie de dévorer. De continuer à mordre dans la vie.

Photos: Michel Cloutier et Sportograf.com

On parle ici de quadragénaires qui partagent le même dada, des activités cyclosportives épicées.

De gauche à droite : Simon Gauthier, François Duchesne, Normand Chartrand et Pierre Wilkie.

On parle ici de quadragénaires qui partagent le même dada, des activités cyclosportives épicées.

De gauche à droite : Simon Gauthier, Laurent Proulx, Charles Trottier, Alan McIntosh, Alain Ruel, Gérald Mendes,
Mario Lampron, Marc Giguère, Pierre Wilkie, François Domingue, Normand Chartrand et François Duchesne.

On parle ici de quadragénaires qui partagent le même dada, des activités cyclosportives épicées.

De gauche à droite: Normand Chartrand, Pierre Wilkie, Simon Gauthier et François Duchesne

Tour du courage 2011

Le Tour du courage Parmi les nouveaux disciples de nos quatre cyclistes, il y a Laurent Proulx. Victime du cancer de la prostate, il a lutté contre la maladie et il a pris le taureau par les cornes. Il a ainsi mis sur pied «Le Tour du Courage Procure», dont le champion olympique Alexandre Bilodeau sera président d’honneur, cette année. Père de famille, athlète Ironman, Proulx se dédie corps et âme pour cet évènement cycliste qui comptera trois étapes, deux le samedi à Morin-Heights, dans les Laurentides, une finale le dimanche, un contre-la-montre par équipe qui se tiendra sur l’île Notre-Dame à Montréal. (www.tourducourage.com)

pub