Loading...

Bucket list

«En l’espace de trois secondes,j’ai eu l’impression de quitter la planète. Tout est devenu blanc. Plus de repères, plusd’arbres…»

Sa première passion, c’est l’automobile. Mais quand Richard Petit a eu la possibilité de voler en avion subsonique, il a vite accepté. Récit d’une expérience hors du commun.

Ce jour de juin 2013, le ciel saguenéen est au beau fixe. Les sentiments de Richard Petit connaissent des turbulences. En effet, une fois solidement sanglé à son dossier, tiraillé entre l’envie de quitter l’étroitesse de son siège d’avion et celle de réaliser un rêve, il prend conscience qu’il est peut-être claustrophobe. « Je me disais que si je lâchais, j’allais m’en vouloir toute ma vie. »

Qu’est-ce qui a entraîné le président de Kébecson dans cette aventure ? Natif de Chicoutimi, il a fréquemment assisté à des spectacles aériens dans sa jeunesse. Comme plusieurs petits gars de son âge, il a rêvé maintes fois de devenir pilote d’avion. Il avoue d’ailleurs avoir vu Top Gun au moins 8000 fois !

C’est au printemps 2013, lors d’un rallye automobile, qu’il a eu l’occasion de sympathiser avec quelques membres des Forces armées canadiennes de Bagotville. D’ailleurs, Richard nous confie que deux semaines après cette rencontre, lors d’un autre évènement promotionnel, il a eu le plaisir de goûter à une fameuse tourtière du Lac-Saint-Jean, rapportée par un des F-18. « Je peux vous assurer qu’elle était encore chaude », mentionne-t-il en souriant.

C’est à ce moment qu’il est invité à visiter la base et à essayer le simulateur de vol. Puis, la possibilité de voler en Alpha Jet est évoquée. Précisons qu’un Alpha Jet, bien que plus petit et plus manoeuvrable, a beaucoup de similitudes avec un CF-18.

Richard accepte sans hésiter. Le jour dit, des tests médicaux de plusieurs heures sont effectués, et l’entrepreneur doit suivre une formation préalable prévoyant tous les scénarios catastrophes possibles, incluant l’éventualité de devoir utiliser le siège éjectable ! Il doit se vêtir d’une tenue spéciale ajustée – incluant la veste de survie et la combinaison anti-g, un pantalon gonflable empêchant le sang de se diriger totalement vers les membres inférieurs. Déjà impressionné, notre Richard… Sur le tarmac, tout se met à aller très vite. Non seulement d’imposants chasseurs CF-18 côtoient les Alpha Jet, mais « toute une équipe s’active autour des appareils, un peu comme en Formule 1 ».

Imaginez : vous êtes assis dans un avion subsonique pour la première fois de votre vie, coincé dans un espace très restreint. Après que vous ayez mis votre casque, vos écouteurs et vos gants, un personnel qualifié s’affaire à vous attacher correctement pendant une vingtaine de minutes. Après les dernières consignes à propos des commandes, notamment un rappel sur celle qui actionne votre siège éjectable, un doute vous assaille… et c’est un départ !

Le pilote met les moteurs en marche, puis fait grimper l’appareil à la verticale. Wow ! La combinaison anti-g se gonfle. « En l’espace de trois secondes, j’ai eu l’impression de quitter la planète. Tout est devenu blanc. Plus de repères, plus d’arbres, plus de panneaux de signalisation ni policiers de la SQ… C’est comme une piste de course à l’infini. La navigation se fait sur écran, comme pour un jeu vidéo. Le pilote m’explique tout et s’assure que je vais bien. Je suis un peu étourdi… » Une fois l’appareil stabilisé, l’exercice de guerre entre le F-18 et l’Alpha Jet peut débuter.

Richard est malade deux fois pendant le vol, ce qui était à prévoir. Dès qu’il se sentira mieux, il pourra essayer de piloter. Alors que le vol devait durer 90 minutes, il a demandé à retrouver la terre ferme après 45 minutes. Son expérience lui aura permis de jeter un regard nouveau sur le corps militaire. « Les pilotes et les membres de leurs équipes sont des génies doublés d’athlètes, qui partagent une passion tout en n’ayant pas droit à l’erreur. Les voir évoluer m’a aidé à gérer mon entreprise. À mieux la piloter, en somme ! »

SAIB 2015

Intéressé à tenter l’expérience ? Il est possible de s’inscrire via le site officiel du Spectacle aérien international de Bagotville. Une dizaine de vols sont offerts par Discovery Air. Les profits amassés sont remis au Programme de soutien et de bien-être pour les familles des militaires. Cette année, les festivités se tiendront les 20 et 21 juin. Comme pour la dernière édition, pas moins de 100 000 spectateurs sont attendus.

saibagotville.com

Bucket list – Cliquez-ici pour lire l’article

Par: Sylvie Michelon

Henri Vezina